Rapport sur les parkings vélo

Le 24 août 2017 par antivolvelo

Cette année, pour les cyclistes, on peut dire qu’il y a eu du changement en matière de parkings vélo. En premier lieu, le nouveau décret relatif au stationnement des vélos lors de la construction de bâtiments neufs (publié le 13 juillet 2016). Celui-ci stipule que des infrastructures permettant le stationnement sécurisé des vélos seraient créées dans tout nouveau bâtiment. Qu’il soit industriel, commercial ou accueillant un service public. Mais dans les faits, les choses ont-elles effectivement changé ? Et à quel point ? Petit tour d’horizon sur l’évolution du stationnement vélo depuis ces dernières années.

La loi Laure renforcée

Pour rappel, la loi Laure (Décret n°2011-873 du 25 juillet 2011) imposait déjà que toute construction neuve de bâtiments d’habitation dispose d’un espace réservé au stationnement sécurisé des vélos. Aujourd’hui, une nouvelle mesure renforçant cette loi existe. Elle a été instaurée par un décret s’inscrivant dans les articles L111-5-2 et L111-5-3 du code de la construction et de l’habitation. Publié le 13 juillet 2016, ce décret a été adopté afin de permettre aux cyclistes de pouvoir stationner leur vélo en sécurité, que ce soit en se rendant au travail ou sur des lieux publics. Effectivement, le décret stipule que tous les bâtiments neufs, industriels, commerciaux (y compris les complexes de cinéma) ou accueillant un service public, comprenant des places de stationnement destinées aux employés ou à la clientèle, proposent des infrastructures permettant le stationnement sécurisé des vélos.

Cette obligation s’est appliquée aux demandes de permis de construire déposées à partir du mois de janvier 2017. Avec elle, la capacité de stationnement des types de bâtiments énoncés ci-dessus devrait donc être revue. Pour les nouveaux bureaux, la superficie du parc à vélos devra représenter 1,5% de la surface plancher. Dans la pratique, 150 m² pour 10.000 m² devraient donc être mis à la disposition des usagers afin de stationner des vélos. Les bâtiments à usage industriel, tertiaire ou accueillant un service public, devront proposer un nombre de places correspondant à 15 % de l’effectif total de salariés accueillis simultanément. Pour ce qui est des bâtiments commerciaux (y compris les cinémas), le nombre de places de vélo à aménager doit correspondre à 10 % du nombre de clients et de salariés.

Les changements les plus palpables en matière de parkings vélo

Logo du site du ClubLe manque de parkings vélo constitue un frein sérieux au développement du cyclisme ! C’est ce qu’expliquait Pierre Serne, président du Club des villes et des territoires cyclables de France qui dévoilait son observatoire triennal en Février dernier. Heureusement, face à ce problème, il a été constaté que les villes et les collectivités avaient agi. Ainsi, de nombreuses places de stationnement ont été créées un peu partout en France, au cours de ces dernières années. Le nombre de stationnements publics vélo a augmenté de 19 %  dans les 165 communes adhérentes au club explique-t-on. Une belle progression, selon Bruno Montjaret, directeur de la société Kisio, qui a mené l’étude. Toutefois, « on est encore loin de répondre aux besoins », soulignait toujours ce denier… Par conséquent, on peut dire que dans ce domaine, des efforts restent à faire.

 

Plus de parking dans les gares

Néanmoins, l’on peut tout de même se réjouir. Effectivement, davantage de parkings ont été créés dans les gares. De nombreuses villes ont décidé de mettre à disposition des usagers des arceaux pour leur vélo. On a également constaté l’apparition progressive de parkings couverts, de garages gardés et de petits box collectifs fermés ici et là. Bref, des efforts ont été fournis pour répondre petit à petit à une demande toujours plus élevée.

En France depuis 2014, la loi impose à la SNCF de construire des parkings vélo à proximité des gares prioritaires. Actuellement, un bilan de cette action est attendu par le Club des villes et des territoires cyclables de France. Selon Pierre Serne, il y a des régions où les choses évoluent assez bien. Mais plus le prix du foncier est élevé, plus il faut batailler pour les imposer. Dans ce domaine, Strasbourg compte parmi les exemples à suivre. Les cyclistes y disposent de 2 000 places pour leur vélo. La ville d’Utrecht fait également partie des bons élèves. Effectivement, à partir 2018 elle pourra se vanter de disposer du plus grand parking à vélo au monde. 12 500 places devraient y être disponibles grâce à cet aménagement.

Pour Pierre Serne, le modèle à suivre reste pour la Hollande. En effet, depuis la création d’immenses parkings dans 380 gares de la ville, près de la moitié des travailleurs qui prennent le train pour se rendre au bureau pédalent pour aller à la gare. Ainsi, selon le président du Club des villes et des territoires cyclables, l’augmentation des parkings en gare est aujourd’hui un des signaux les plus positifs. Ils sont l’une des clés qui permettront une meilleure combinaison vélo/transports en commun. De quoi promouvoir toujours plus la pratique du vélo.

1
Poster un Commentaire
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Parkings vélos dans les lieux publics, ce qui est fait et ce qui reste à faire Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] 2014, la loi impose que la SNCF trouve des solutions pour le stationnement vélo. Parmi les bons élèves, on peut citer Strasbourg qui permet à un Strasbourgeois sur six […]

Retrouvez le bon antivol

Découvrez le comparateur

Newsletter Antivol vélo